Jean-Pascal M.

La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe (J. Prévert)

Archive for the ‘DIY’ Category

Do It Yourself – A faire soi même

L’humanité fossilisée – le choc de sculptures (2/2)

Posted by Jean-Pascal sur 10 décembre 2017

Il serait intéressant de donner vie aux animaux modélisés dans l’article précédent. Ces animaux, dont les caractéristiques sont déterminées par les données de consommation et de production de ressources de différents pays, pourraient s’appeler des datarthropodes : une forme de vie animale obtenue par sélection… artificielle… de données.

Voici une version plus longue du film explicatif et comparatif entre différents datarthropodes, pays par pays.

Maintenant, pour matérialiser des fossiles sans attendre, il faut court-circuiter la nature, qui met des années à minéraliser des animaux. J’ai donc imprimé un datarthropode du monde par impression 3D, en 2 parties réunies ensuite pour voir une forme de plus de 20 cm de long.

J’ai ensuite réalisé un moulage silicone après avoir créé une enceinte en argile autour du modèle :

20171115_192143

Moulage silicone avec enceinte en argile

20171115_194225

Moule silicone

J’ai testé différentes matières et différents méthodes de moulage, avec pour objectif de produire des fossiles durs et résistants. Comme je me suis dit que le béton fin serait parfait pour cela, j’ai  testé celui de The French Viking, deux types super sympas et talentueux rencontrés à la Maker Faire 2017 de Paris. Il fournissent un béton très fin, solide, et pouvant être teinté dans la masse grâce à des pigments multicolores.

Il suffit de 24 heures au béton pour sécher et être prêt à démouler.

Le datarthropode de gauche est peint à la laque, celui de droite à la peinture acrylique.

Pour plus de photos, vous pouvez consulter ma galerie DatArtJP.

D’autres moulages vont suivre que je posterai probablement ici ou sur la galerie.

Mes autres articles sur le Design Génératif et le Data Art sont ici

 

 

Publicités

Posted in data art, Design, Design Génératif, DIY | Tagué: , | Leave a Comment »

Perfume Lifeform : Les coulisses

Posted by Jean-Pascal sur 25 octobre 2016

Perfume Lifeform ; Réalisation, Design paramétrique, Sound Design, ASMR : Jean-Pascal Martin. Motion tracking : Perfume

J’ai décidé de réaliser ce tout premier film d’animation après avoir été fasciné par le travail de Tobias Gremmler dans sa vidéo Kung Fu Motion Visualization. La mise en forme hypnotisante et les étapes de transformations m’ont amené à apprécier les formes étranges comme si elles étaient des organismes vivants. Elles n’ont pourtant rien de crédible, rien de réaliste, mais les mouvements qu’elles opèrent sont plus que plausibles, comme les ombres projetées au fond de la caverne de Platon. On « sent » bien qu’il y a tromperie, mais on est envahi par une sensation de présence dont l’étrangeté inquiète ou fascine.

Les enfants, très tôt, dès qu’ils accèdent à la parole, comprennent intuitivement qu’une voiture n’est pas vivante, pas plus que le feu ou la mer, alors qu’un escargot immobile l’est. Comment font-ils la différence ? D’un autre côté les japonais s’évertuent à engendrer la confusion à travers des robots mimant la forme et les comportements humains. Je trouve pour ma part que ces derniers échouent à être convaincants, alors qu’une simple animation, en stop-motion de pâte à modeler, peut me plonger dans un univers aux contours crédibles, tangibles. De plus, dans les vidéos de Tobias Gremmler les formes sont visiblement de nature mathématiques. Pire, il joue avec le temps ajoutant ainsi une dimension surnaturelle, impossible

He oui, les films d’animation (comme le théâtre d’ombre) réussissent parfois à nous tirer une larme, car c’est souvent la profondeur de la narration qui fait la différence. Mais ici il ne s’agit que d’une danse… Pas de quoi s’imaginer à la place du danseur (pour ma part c’est clairement impensable ;).

Bien sûr, ce sont les mouvements qui apportent la vie, ou, pour reprendre les idées de Buckminster Fuller (voir mon article précédent), ce sont les processus (de transformation) qui font sens, plus que toute forme statique.

Les films d’animation nous montrent bien que nous pouvons percevoir de la vie dans une forme animée dès lors qu’elle bouge de manière convaincante. Dans Princesse Mononoké, le Dieu Sanglier malade attaquant le village me terrorise toujours. L’empathie du spectateur envers le dessin est naturelle, et même envers toutes formes abstraites dès lors qu’elles bougent comme la vie, dès lors qu’elles se manifestent à la manière d’un processus vivant.

film_171

Mais de là à pleurer en regardant un carré perdre sa nature profonde (quatre côté égaux & des angles droits) pour devenir un cercle ? Et trouver cela injuste ?

Dans Perfume Lifeform, j’ai tenté plusieurs approches, toutes basées sur le mouvement et, après avoir tenté de danser moi-même (et « motion-capturé » les mouvements sous Blender), j’ai recherché des fichiers BVH prêts à l’emploi. Merci à Perfume – un groupe techno-pop japonais – d’avoir apporté l’élan à ce projet en partageant sous forme de fichier BVH ses mouvements capturés.

Perfume 7.png

Au centre de la scène, une enveloppe génère des odeurs dans un univers olfactif. L’enveloppe ressemble à deux pans de tissus, chacun reprenant un côté d’un corps dansant. Des mains, quatre, s’agitent et projettent leurs parfums. Autours, des molécules (cycliques comme tout ce qui a une odeur) flottent.

La transformation des positions en 3D des bras, des pieds, des genous, des hanches, de la tête et de la poitrine se fait via un schéma Sverchok (ci-dessous).

Il faut tout d’abord importer le fichier BVH dans blender, puis créer autant de Empty que de positions intéressantes. Ajouter ensuite une contrainte pour que les Empty copient la position des tracks.

Il faut ensuite importer les Empty dans un schéma Sverchok, grace aux noeuds Object_In.

sv-perfume-in

 

Afin de récupérer la position des Empty, il faut utiliser un noeud Matrix Out qui propose en sortie une localisation.

Les noeuds sont répartis à gauche et à droite pour former les deux pans de robe, en les joignant. Les formes sont construites et positionnées comme sur le schéma qui suit.

Perfume Sverchok Screenshot.png

De nombreux effets ont été ajoutés : flou, systèmes de particule, vecteurs de force…

La bande sonore a été réalisée très simplement, à la manière des vidéos amusantes d’ASMR (Autonomous sensory meridian response) qui tentent de vous faire parvenir à un orgasme non sexuel (!) : avec des gants de latex, de la mousse et une anche de saxophone. Un synthé analogique génère une basse fréquence en phase avec l’aura protégeant l’enveloppe.  Quelques nappes plus aigües apportent de la brillance.

Je travaille pour la suite à une version en 360° stéréoscopique. Cette version, bien que plus courte, nécessitera un temps de calcul considérable (des semaines ?) si je ne m’équipe pas de plusieurs GTX 1080… Nous verrons bien, c’est tout nouveau pour moi.

N’hésitez pas à liker (si c’est le cas) la vidéo sur YouTube. C’est encourageant !

J-Pascal

Posted in Composition musicale, Design Génératif, DIY, Musique, parametric design | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Une cabane de jardin

Posted by Jean-Pascal sur 15 mai 2016

Réalisée à partir d’une idée simple : plutôt que de couper complètement l’arbre du fond du jardin, pourquoi ne pas le couper à 2m de hauteur et d’y ajouter une cabane ?

Cabane de jardin

Cabane de jardin

Posted in DIY, Menuiserie | Leave a Comment »

Un porte bouteille DIY

Posted by Jean-Pascal sur 7 octobre 2014

image

Ce porte bouteille est-il kitch, marrant, classe ? Je ne saurais dire, cela dépend probablement de la bouteille qui s’y glisse.
A faire ce week end à partir d’une chute de tasseau, un cadeau original de dernière minute :
1 – couper un tasseau à 45° à ses deux extrémitées grâce à une boîte à onglet et une scie fine. Le tasseau doit faire dans les 20cm environ.
2 – fixer dans un étau le tasseau à 45° et utiliser les deux chutes a placer au dessus et en dessous de l’endroit où le trou est prévu.
3 – percer avec une mèche plate de 30mm les trois épaisseurs de bois. pensez à mettre du savon ou du liquide vaisselle pour faciliter le perçage
4 – raccourcir si necessaire le tasseau en faisant un test d’équilibre avec une bouteille.
5 – poncer, vernir, offrir !
image

Posted in Design, DIY, Menuiserie | Tagué: , | Leave a Comment »

Fabriquer une bibliothèque (DIY) – la réalisation – part 2

Posted by Jean-Pascal sur 11 août 2013

Nous voici dans le coeur du sujet. Les plans ont été présentés dans la partie 1, il n’y a plus qu’un peu de travail manuel pour obtenir cette bibliothèque :

Bibliothèque terminée

Bibliothèque terminée

En résumé, le plan prévoit d’avoir 10m de livres de poche et des espaces plus grands pour des beaux livres, des plantes ou des bibelots. Le deuxième niveau est plus profond pour permettre de faire un peu bureau, avec un pc Internet/musique et un ampli demandant un peu de profondeur. Le tout est alimenté en électricité jusqu’en haut (un éclairage sera ajouté ultérieurement en haut, peut être des LEDs SMD5050), en réseau RJ45 via une borne courant porteur située en bas à droite et en cablage audio pour des fils partants à gauche et à droite dans des goulottes en plastique peintes. Le seul bois utilisé est du chêne. L’assemblage se fait sans colle et sans vis, exceptée pour les fixations au mur (6 au total). Le tout doit tenir de lui-même. Il reste à vérifier cela en pratique (en théorie il n’y a pas de différence entre la théorie et la pratique…).

Donc la matière première, j’ai acheté du chêne massif abouté chez Leroy Merlin, sur une base de planches de 200×40 en 1,8cm d’épaisseur, pour moins de 30€ la planche. il fallait également 3 planches en 200×50 2cm d’épaisseur nettement plus chères pour le deuxième étage à 80 € la planche. Environ 50 découpes ont été faites en magasin pour 1€ la coupe.
J’ai choisi des planches pouvant rentrer dans une 207 ce qui se fit sans trop de mal.
3 tasseaux 2000x50x37mm servent de fondation au tout.
Le matériel nécessaire est visible sur cette photo :
– Le pec citron est indispensable pour graisser la mèche qui chauffe drolement
– Le percuteur permet de fixer à l’aide d’équerres le tout au mur. C’est indispensable, imaginez des enfants se prenant le tout sur la tête…
– Le maillet est bien plus pratique qu’un marteau lorsqu’il faut emboiter des planches et des chevilles sans abimer.
– La scie n’était pas là que pour faire belle, il y a toujours des retouches c’est à désespérer.
– La charnière est utilisée dans la petite trappe à fils située au milieu de l’étage 2. Je compte la cammoufler d’avantage avec du sparadrap peint dans le même vert
– J’ai oublié sur la photo la peinture (verte en l’occurrence) utilisée pour les contreventements. La peinture les fait disparaitre comme des faux fonds.

Matériel menuiserie

Matériel menuiserie

Cout de l’opération : 750 € de chêne et 50€ de matériel environ.

Construction du socle :
socle bibliothèque

Assemblage des deux planches du socle avec des tourillons, et fixation sur des tasseaux

socle

socle

Construction du premier étage avec un contreventement visible à 20 du fond, avec un trou pour la prise électrique et réseau CPL.

Premier étage

Premier étage

Ensuite tout s’enchaine, avec la pose pour la photo des contreventements 100×40 qui ont été peints et reposés ensuite.

Etage 1 et demi

Etage 1 et demi

L’assemblage continue en prenant soin de laisser un passage pour les cables électriques, réseau et audio. Une petite trappe d’accès cache une multiprise. Il est aussi possible d’accéder aux fils par le côté droit du contreventement du deuxième étage.

Deuxième étage

Deuxième étage

Pour les étages 3 et 4, des découpes permettent de faire passer des fils depuis le haut jusqu’à la trappe.

Découpes de passage de cable

Découpes de passage de cable

Le dernier étage a été assemblé une fois sur le plan de travail et démonté en deux partie. Le bas a été positionné, puis fixé au mur, et enfin le toit. Au final tout aura bien été monté sans colle, mais j’ai ajouté deux vis pour limiter le jour entre deux planches : Tout est démontable.

Meuble finalisé

Meuble finalisé

Il ne reste plus qu’à remplir de bons livres, choisir un classement, et surtout les lire !
Si vous êtes intéressés par les plans, contactez-moi via ce blog, ils sont réutilisables.

Posted in Bibliothèque, Design, DIY, Menuiserie | 5 Comments »

Fabriquer un banc coffre – DIY

Posted by Jean-Pascal sur 7 août 2013

L’été arrivant, la question se posait de savoir comment ranger les outils de jardinage du balcon, et où s’assoir pour bavasser, sans gêner la vue et le passage. Je voulais aussi m’exercer à une technique d’assemblage sans clous ni vis (et potentiellement sans colle) pour pouvoir fabriquer ultérieurement une bibliothèque. Merci à mon père pour la transmission des connaissances !

Voici les plans Sketchup :

banc balcon
Lire le reste de cette entrée »

Posted in Design, DIY, Menuiserie | 1 Comment »

Fabriquer une bibliothèque (DIY) – le design – part 1

Posted by Jean-Pascal sur 6 août 2013

J’ai eu envie il y a quelques mois de cela de concevoir une bibliothèque qui serait vraiment adaptée au séjour. Je suis actuellement en train de la terminer, mais voici l’histoire depuis le début.

Dans cet article je présente la réflexion en amont de la réalisation. Tout d’abord un cahier des charges :
1- Ne pas acheter chez Ikea !
2- Du bois, du vrai, pas du mélaminé, si possible massif
3- un plan unique, original,
4- pas trop compliqué à faire, car je n’y connais rien.
5- qui mette en valeur la pièce dans sa longueur.

Voici la maquette définitive :

Maquette finale bibliothèque

Maquette finale bibliothèque

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Bibliothèque, Design, DIY, Menuiserie | Leave a Comment »

Cabine acoustique – mesures de l’isolation

Posted by Jean-Pascal sur 9 février 2009

 Ce week-end, avec le concours d’un ami bien plus compétent que moi en acoustique, Thomas, nous avons réalisé quelques mesures, dont des mesures d’isolation.  Les mesures ont été faites avec un micro ECM8000 de Behringer et analysées par le logiciel SmaartLive.

Voici un bon tuto en pdf pour ce logiciel :

http://www.tugler.info/pdf/SMAART%20LIVE-ma%20doc.pdf

Le micro a été placé devant la porte, et une baffle Behringer TRUTH B2031A a été posée sur un support (caoutchouc + mousse) à l’intérieur.

Position du micro ECM 8000

Position du micro ECM 8000

Micro de mesure et baffle

Micro de mesure et baffle

 Le bruit rose a été envoyé à 75 dB environ, mesuré avec un sonomètre SL-200 (http://www.conrad.fr/webapps/sonometre_sl200.html). Le bruit de fond de la rue et de l’immeuble étant assez important, il aurait peut être fallu faire les tests à un niveau plus élevé, le rapport signal bruit aurait été meilleur, mais … il y a les voisins ! J’en profite pour les remercier car sans eux je ne me serai jamais lancé dans une telle entreprise 😉

Voici les différentes mesures obtenues :

  • Courbe Marron : les deux portes sont grandement ouvertes
  • Rouge : porte intérieure fermée, porte extérieure ouverte
  • Bleu : porte extérieure fermée, porte intérieure ouverte
  • Vert : deux portes fermées, et passage de câbles bouché (j’avais oublié de les boucher pour les mesures précédentes).
  • Violet : portes fermées, câbles bouchés, et laine de roche ajoutée entre les portes.
  • Ajouter une image

    Toutes les mesures
    Toutes les mesures

    La laine de roche n’est pas encore fixée à la porte, mais je compte le faire très bientôt, donc la courbe réelle est bien la courbe violette.

    Les 30 db sont atteints vers les 150 Hz.

    Les 40 db de réduction sont atteints à 670 Hz

    Ces résultats ne sont pas entièrement satisfaisant puisque les basses fréquences sont assez mal filtrées par les murs. La situation est peut être différente pour le sol, grâce au Fermacell et aux 6 cm d’aggloméré, mais je ne peux pas faire de mesure par en dessous.

    Note de Si grave jouée au saxophone
    Note de Si grave jouée au saxophone

    Voici les fréquences émises par mon saxophone ténor lorsque je joue un Si grave.

    On voit que cela correspond environ à 100 Hz, fréquence à laquelle la cabine absorbe 20 dB au mieux.

    Thomas m’a dit qu’il faudrait que j’envisage de faire un résonateur de Helmholtz adapté. Ok, mais qu’est-ce donc ?
    Je verrai ça plus tard 🙂

    Posted in DIY, isolation acoustique | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

    Cabine acoustique – plancher Fermacell

    Posted by Jean-Pascal sur 8 février 2009

    Plancher Fermacell

    Plancher Fermacell

    L’ajout d’un plancher flottant en Fermacell devrait améliorer sensiblement l’isolation acoustique du sol. Ces plaques sont très faciles à poser. Elles font 30 mm d’épaisseur, dont 10 mm de laine de roche.

    Le résultat semble là, quand je suis dedans, je n’entends rien, sauf très légèrement la porte d’entrée de mon appartement qui claque car elle est assez lourde et elle se trouve dans la même pièce à 5m environ. J’entends lorsque quelqu’un monte les escaliers qui touchent (voire qui s’appuient contre) la cabine. Je n’entends plus les voisins lorsque je colle mon oreille contre le plancher. Objectif atteint !

    Posted in Design, DIY, isolation acoustique, Musique, traitement acoustique | Tagué: , | Leave a Comment »

    Résultats Cabine acoustique

    Posted by Jean-Pascal sur 31 janvier 2009

    Voici les premières impressions subjectives :

    – la cabine est assez spacieuse pour une personne. Techniquement, deux guitaristes peuvent jouer assis à l’intérieur en étant un peu tassés tout de même

    – lorsque je joue du saxophone, le son est assez « mat », avec une réverbération naturelle présente mais pas excessive. Cela change radicalement lorsque je mets un gros fly-case à l’intérieur. Des résonances aigües, métalliques, durant environ 2s se font entendre dès la moindre note. Dans tous les cas, il faudra que j’atténue la réverbération pour pouvoir enregistrer. Tel quel, j’aime bien le son, notamment quand je joue face au mur du fond. L’impression est plus désagréable lorsque je m’oriente vers les murs latéraux (les plus longs).

    l’isolation acoustique a l’air satisfaisante pour quelqu’un situé juste à l’extérieur. D’après mon sonomètre SL-100, l’atténuation est supérieure à 35db et s’approche des 40 db en moyenne. Cela reste relativement difficile à évaluer comme cela. Cependant, lorsque je joue, une personne peut voir un film juste à l’extérieur de la cabine sans être gênée. Je pense que les voisins de l’étage ne peuvent rien entendre.

    dsc01550

    Plaques de caoutchouc

     

    – Par contre, j’ai l’impression que le sol isole assez mal. Je peux entendre très très légèrement les bruits des voisins du dessous en collant l’oreille sur le sol (si j’écoute en dehors de la cabine, je les entends très franchement, sans coller l’oreille. En collant l’oreille sur le sol, leurs discussions sont intelligibles). Je ressent même les vibrations de leur caisson de basse. Le choix du caoutchouc antivibratile n’est peut être pas le bon. Mais il est trop tard pour changer.  Lorsque j’ajoute une plaque de caoutchouc, je n’entend plus rien et il n’y a plus de vibration. J’envisage une couche de Fermacell.

    – le tube PVC pour le passage de câble est probablement trop long. Je me demande pourquoi je l’ai fait si long. Cela aurait été intéressant si le tube était coudé plusieurs fois, mais je ne l’ai coudé qu’une fois pour faciliter le passage des câbles. Alors pourquoi l’avoir fait si long ? Je pense que je n’ai pas bien réfléchi, étant donné que plus le tube est long, moins bonne est l’acoustique là où le tube passe. D’autant que les boites isolantes mises à chaque bout sont bien efficaces. 

    – le portable capte bien, ainsi que la sonnette sans fil : il ne s’agit pas d’une cage de faraday !

    Posted in DIY, isolation acoustique, Musique | Tagué: , , , | Leave a Comment »